The boy from Poble Sec

Joan Manuel Serrat

'El meu carrer
és gent d'arreu
que penca i beu,
que sua i menja,
i es lleven amb
el primer sol,
i van al futbol
cada diumenge.'

Ces quelques vers de la chanson «Mi calle» (ma rue) décrivent le quartier et plus particulièrement la rue Poeta Cabanyes 95 del Poble Sec dans laquelle Joan Manuel Serrat, catalan international, a vécu jusqu’à l’âge de 12 ans, avant d’aller étudier à Tarragone. Sur le portail, une plaque rappelle : «le chanteur compositeur Joan Manuel Serrat est né dans cette demeure, le 27 décembre 1943. 15 octobre 1989.». Le chanteur, connu également comme le “el noi del Poble Sec” (le gamin de Poblesec) a consacré de nombreuses chansons de sa première étape artistique à ce quartier de Barcelone, niché aux flancs de Montjuïc: «La Carmeta», «La tieta» et «El drapaire» entre autres.

Mais en réalité, comme l’explique l’historien Miquel Badenas, le PobleSec, (village aride), n’a jamais été un endroit aride puisque l’eau descendait à torrent de la montagne de Montjuïc et il était couvert de potagers. Mais, vers le milieu du XIXe siècle, l’activité textile qui s’était développée aux alentours des arsenaux, demandait de grandes quantités d’eau pour produire de l’énergie pour ses machines à vapeur, asséchant ainsi les puits du quartier.

Ce quartier ouvrier, avec son ambiance portuaire, s’achevait à l’avenue Paralelo, là où commençaient les cabarets et les cafés-concerts, qui donnaient à la Barcelone des années 50, un certain air parisien. PobleSec a toujours été un quartier d’immigrants, aux débuts d’origine espagnole puis par la suite de tous les coins du monde. Le père de Serrat était, par exemple, catalan et sa mère d’Aragon.

Serrat est reconnu comme étant un des pionniers de la Nova Cançó catalana (Nouvelle chanson catalane) et a fait partie du groupe Els Setze Jutges (il était entré le treizième des seize membres), un groupe de chanteurs en langue catalane qui puisait leurs références dans la chanson françaises, entre autres dans les artiste comme Jacques Brel ou Georges Brassens. Tout au long de sa carrière, il s’est distingué en mettant en musique des poètes comme Antonio Machado, Miguel Hernández, Salvat-Papasseit, Alberti, García Lorca ou encore Neruda.

Le 24 mars 2006, la mairie de Barcelone lui a décerné la Médaille d’or de la Ville pour son «civisme et pour le prestige international obtenu en tant que musicien et citoyen». En 2007, il est décoré de la Médaille d’honneur du Parlement de Catalogne et il est nommé chevalier de la Légion d’honneur de la République française.

De nos jours, toute la montagne de Montjuic qui domine le quartier de Poble Sec, est un des poumons de la ville avec ses parcs et ses musées, ses aires sportives et de détente, une des plus grandes extensions de loisirs de toute la ville Ai, qui ho diria...! (Vers de la chanson Plany al Mar, Serrat 1984)

Joan Manuel Serrat